petition




L'affaire de la Grande Arche

Recherche

Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile



.

Confronté depuis plusieurs années à des débats sans fin sur l’utilité et la temporalité d’un musée consacré à une technique moderne comme l’informatique, je ne peux que monter sur mes grands chevaux quand je lis dans la presse que l’ouverture d’un musée est synonyme de la mort de son contenu !


Photo Raul654 - Un exemplaire de la Bible de Gutenberg conservé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis
Photo Raul654 - Un exemplaire de la Bible de Gutenberg conservé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis
L’excellente exposition MuseoGames qui permet aux petits comme aux grands de découvrir en jouant les jeux vidéos qui ont fait l’histoire de cette discipline est installée depuis quelques jours au musée EDF Electropolis de Mulhouse. La presse locale en parle, en particulier L’Alsace qui y consacre un article le 29 avril dernier. A la fin de l’article, citation de Pierre Giner, qui répond à la question « à quand un véritable musée du jeu vidéo ? ». Sa réponse telle que retranscrite dans l’Alsace heurtera tous les passionnés de l’histoire moderne et du patrimoine industriel et technique : « Décider que le jeu vidéo doit rentrer au musée, cela voudrait dire qu’il est mort »…
Pour Pierre Giner, comme pour d’autres malheureusement, mettre le jeu vidéo au musée serait son arrêt de mort. Sans doute pensent-il la même chose de l’informatique, comme ce directeur de la cité des sciences et de l’industrie, rencontré il y a quelques mois et qui me disait très exactement « l’histoire de l’informatique c’est chiant ! ».
Désolé de vous contredire Monsieur Giner, mais je pense vraiment que vous avez tort. Pourquoi faudrait-il attendre la mort d’une discipline pour se souvenir de ses débuts et transmettre son histoire ? Aurait-il fallu attendre la mort de l’imprimerie (certains la prédisent ou l’espèrent depuis des années) pour sauver les bibles de Gutenberg ?

Et que penser alors de tous ces musées qui font un travail incroyable de conservation et de transmission d’un patrimoine moderne. Je pense au musée des arts et métiers, au musée de l’air et de l’espace, au musée de l’armée, aux musées de l’automobile, etc. N’ont-ils tous aucune raison d’être aux yeux de nos jeunes adorateurs de jeux vidéos ? Je note d’ailleurs que MuseoGames après plusieurs mois au musée des arts et métiers est hébergé au musée EDF de Mulhouse… le musée EDF Electropolis est-il le signe de la mort de l’électricité ?

Soyons donc un peu sérieux et respectons la définition de l’OCIM : « Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation ». Il n’y est nullement question de « mort ».

Je suis donc persuadé qu’un musée du jeu vidéo a d’ors et déjà sa pleine raison d’être. Le succès de MuseoGames en est la preuve bien vivante, tout comme pourra l’être un musée du jeu vidéo. Peut-être faudra-t-il en revanche attendre que ses initiateurs grandissent un petit peu, mais c’est une autre histoire !