petition




L'affaire de la Grande Arche

Recherche

Derniers commentaires


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile



.

En respectant les normes dictées par la direction des musées de France et le ministère de la culture, nous inventorions les collections du musée au travers d'un logiciel spécialisé.


2010.0.1, premier numéro de l'inventaire, attribué à une trifouillette
2010.0.1, premier numéro de l'inventaire, attribué à une trifouillette
Alors que notre exposition à la Grande Arche est toujours fermée au public, le temps ainsi libéré nous permet de nous consacrer à d'autres tâches. Toujours remises à plus tard, car nous avons toujours privilégié l'accueil du public et les exposition, l'inventaire des collections du musée va enfin commencer.

C'est une tâche énorme qui nous attend car les collections du musée comportent aujourd'hui plusieurs milliers de pièces, des centaines de livres, des milliers de magazines, de photos... tout cela est stocké, conservé, dans un entrepôt protégé, mais doit être inventorié afin d'être par la suite pleinement exploité dans nos prochaines expositions.

Le plus difficile est de commencer... mais n'ayant pas d'historique à migrer, nous avons choisi d'appliquer, dans la mesure de nos moyens, les meilleures pratiques dès le départ.
Nous avons donc étudié pendant plusieurs mois les principes proposés par la direction des musées de France au travers de la base Joconde. Et même si Joconde créé une certaine lourdeur, tout simplement parce que l'inscription d'un IBM PC de 1981 est très différente de celle d'un morceau de faïence gallo-romaine, nous tenterons de respecter au plus près les indications de Joconde.
Vous pouvez d'ailleurs vous-aussi les découvrir sur : http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES/inventaire-informatise.htm

Puis nous avons sélectionné un logiciel de gestion de l'inventaire du musée. Nous nous sommes tournés vers la solution eMusée, qui s'appuie sur un logiciel "open source", mais dont nous sous-traitons l'adaptation, l'hébergement et la maintenance technique. Cette solution nous permettra très rapidement de proposer au public la consultation complète de nos collections, avec les références précises des pièces, leurs photos, leurs caractéristiques... comme toujours dans un souci de transparence totale et de partage de l'information.

Et puisqu'il fallait bien commencer par un objet, celui qui portera dans notre inventaire le tout premier numéro, le 2010.0.1, nous avons choisi la "trifouillette", également appelée "couteau à cartes" et qui permettait d'aller rechercher au fond des machines à cartes perforées les morceaux de cartes déchirées lors d'un bourrage. le couteau suisse de l'atelier mécanographique en quelque sorte.
Pour les curieux, la composition du numéro d'inventaire se fait de la manière suivante :
- 2010 est bien sur l'année d'entrée de l'objet dans l'inventaire
- 0 correspond à un cas particulier, celui que nous traitons actuellement de la reprise dans l'inventaire d'objets acquis précédemment mais non encore enregistrés
- 1 est le numéro d'ordre de l'objet

Pour ceux qui souhaitent découvrir cette tâche, ingrate mais indispensable, de collecte et d'inventaire des objets, nous essayerons d'organiser d'ici quelques mois des ateliers de découverte de cette activité qui vous permettront d'y participer par vous-même, et de nous aider dans ce travail.